Voici un plan d’action pragmatique pour quand vous avez la tĂȘte sous l’eau

Nous avons tous dĂ©jĂ  vĂ©cu cela : cette impression que nous avons tant Ă  faire et qu’il n’y a aucune chance que nous parvenions Ă  tout faire. Et pour sĂ»r pas dans les dĂ©lais.

Avec la rentrĂ©e, j’ai Ă  nouveau ce sentiment : j’ai tellement de choses dans ma to-do list que je ne sens complĂ©tement sous l’eau.
Le plus drĂŽle dans tout cela ?
 
Je viens de passer 2 jours à essayer d’avancer mais sans vraiment avancer.
Je commence quelque chose, puis je me disperse sur internet. Ou un appel téléphonique.
 
Alors que j’ai besoin d’ĂȘtre super efficace, je suis encore moins efficace que d’habitude.
On pourrait penser que c’est l’inverse – lorsque nous avons beaucoup à faire, nous devrions devenir super productifs afin de pouvoir tout tacler.
 
Ça arrive
 parfois

Mais, le plus souvent, quand on a tellement de choses qui attirent notre attention, on ne sait pas par oĂč commencer. Alors, on tergiverse, on procrastine.
 
Bref, on se disperse et on n’avance pas.
La prochaine fois que vous ĂȘtes dans cette situation, essayez cette approche :
  1. Ecrivez sur une feuille tout ce que vous avez Ă  faire
  2. Pendant 15 minutes, faites toutes les petites actions, faciles et rapides de votre liste
  3. Ensuite, mettez-vous en mode Pomodoro : travaillez intensĂ©ment pendant 20 – 30 minutes, puis faites une courte pause de 5 Ă  10 minutes
  4. Recommencez le processus Ă  l’étape 2

Faire les petites actions, faciles et rapides de votre liste est important car

  • Ça vous donne l’impression d’avancer
  • Souvent les petites tĂąches Ă  faire vous ronger autant que les grosses

Travailler intensément pendant de courte période est important car

  • Cela vous permet d’ĂȘtre efficace en y mettant beaucoup d’énergie et de motivation
  • C’est petite pĂ©riode vous amĂšne du stress positif liĂ© Ă  la durĂ©e butoir qui vous permet de vous dĂ©passer.
Et si, malgré cela vous continuez à procrastiner alors :
 
  1. RĂ©flĂ©chissez au pourquoi de cette procrastination. Est-ce que vous procrastinez parce que vous n’aimez pas ce que vous avez Ă  faire ou parce que vous ne savez pas comment vous y prendre ?
  2. DĂ©coupez votre travail en petit morceau. Par exemple, s’il faut que vous organisiez la rĂ©union trimestrielle pour la revue budgĂ©taire, vous pouvez crĂ©er plusieurs tĂąches : collecter et analyse des donnĂ©es, logistique de la rĂ©union
 Si, aujourd’hui vous n’avez pas envie « d’organiser votre rĂ©union », vous pouvez peut-ĂȘtre au moins collecter les donnĂ©es dont vous aurez besoin pour sa prĂ©paration ?
  3. Parlez de votre travail Ă  quelqu’un de confiance. Il vous donnera surement de bons conseils qui vous permettront de dĂ©bloquer la situation
  4. Prenez l’habitude de complĂ©ter votre journal intime chaque jour pendant 10 minutes. Soit le soir, pour faire un point sur ce que vous avez fait aujourd’hui, ce qui vous avez rĂ©ussi, ce que vous avez Ă©viter de faire et ce vous prĂ©voyez de faire demain. Soit le matin, pour vous remĂ©morer ce que vous avez accompli la veille et rĂ©flĂ©chir Ă  ce que vous voulez faire dans la journĂ©e qui s’annonce.

Mais, surtout, ce qui est important c’est que vos projets à long terme ne deviennent pas des moments de panique à la derniùre minute.

Voici un exemple personnel pour illustrer ce point.

Je veux Ă©crire un livre sur la gestion efficace du temps.
En fait, je voulais Ă©crire ce livre l’an dernier, mais j’ai fait d’autres choses qui m’ont pris plus de temps que prĂ©vu et donc « Ă©crire un livre » est restĂ© sur ma to-do list.
Je sais que je ne suis pas la seule Ă  avoir du mal Ă  rester rigoureuse et Ă  avancer progressivement sur mes projets Ă  long terme. En effet, comment s’y mettre quand on a « tout le temps nĂ©cessaire » ?
Peut-ĂȘtre que comme moi et mon livre, vous n’avez pas de date butoir. Or vous avez bel et bien une date butoir, mais, dans plusieurs mois – comme par exemple pour une prĂ©sentation Ă  une confĂ©rence, votre business plan pour l’annĂ©e prochaine

Peut-ĂȘtre avez-vous alors tendance Ă  procrastiner sur ces projets avec des dates butoirs lointaines, jusqu’à ce que 
 « le mois prochain », « la semaine prochaine » ou « demain » arrive ! Et lĂ , c’est la cata
Ce n’est jamais simple de finaliser avec succĂšs un projet de longue haleine. Alors, pour vous aider, n’hĂ©sitez pas Ă  :
 
  • ReconnaĂźtre si cela vous fait peur (par exemple comme parler en anglais devant 300 personnes Ă  une confĂ©rence)
  • Partager votre peur avec des gens qui ont votre confiance ou qui sont expĂ©rimentĂ©es sur le sujet
  • Profiter de l’occasion pour « acquĂ©rir » des outils utiles pour ce projet (formation, software, coach
)
  • Ne pas ĂȘtre trop ambitieux : « mieux vaut le faire que de vouloir que cela soit parfait »
  • Mettre ce projet dans vos prioritĂ©s et y consacrer du temps le plus souvent possible
  • Avancer par petites actions et sous-dates butoir.

GrĂące Ă  ces conseils pragmatiques, sortez la tĂȘte de l’eau et faites avancer vos projets en mettant de bonnes habitudes en place.

Si vous voulez aller plus loin et plus vite vers un systĂšme d’organisation personnel et une gestion de votre temps efficace, profitez du challenge « DĂ©sencombrer son emploi du temps » que vous pouvez retrouver en cliquant sur le lien ICI